• Le principe de la colombe

     

    Je viens de terminer la lecture d'un livre merveilleux

    "Visions Esséniennes", de Daniel Meurois Givaudan.

    Je ne resiste pas à l'envie de partager avec vous le chapitre intitulé :

    'Le principe de la Colombe'

    Une nouvelle fois, j'attends que la voix vienne me chercher au-dedans et apaise mes interrogations. Apaise, simplement... Je sais qu'elle ne les résoudra pas car nul, fût-il le plus accompli d'entre tous, ne satisfait pleinement le questionnement d'autrui. Nous seuls, au fond de nous-mêmes, sommes capables de dissoudre la problématique qui nous habite. Nous seuls puisque nous en sommes les géniteurs... Alors j'attends la voix du dedans... juste pour la clef dont elle prend la forme à chaque fois.

    Il est difficile de s'ouvrir... Peut-être sa sonorité familière frappe-t-elle déjà à ma porte ? Il y a tant de vacarme...! Aujourd'hui la radio a déversé son lot de "bonnes nouvelles". Quinze mille emplois supprimés à la fin du mois, un attentat ici, un coup d'état ailleurs et une Banque Mondiale qui jongle avec des chiffres qui ne signifient plus rien et dont on ignorera toujours d'où ils viennent et où ils vont. Difficile de s'ouvrir...

    Comment ne pas simplement se réfugier dans une nostalgie, celle qui nourrit nos racines, celle qui est née il y a deux millénaires, puis attendre, tout simplement. Attendre que la déferlante vienne et passe. Attendre aussi que peut-être Il revienne.

    "Attendre ? Mais c'est précisément ce qu'il ne faut plus faire !"

    Voilà... c'est elle ! Tonitruante, claironnante, la voix vient de pénétrer au centre de ma conscience comme une lueur qui se serait déployée avec la soudaineté de l'éclair.

    "Attendre ? Mais que veux-tu, que voulez-vous tous attendre sur cette Terre ? Qu'Il revienne, dites-vous ? Pourquoi donc ? Il n'en est jamais parti ! Il a observé, en silence. C'est Lui qui a attendu, deux fois mille ans, que vous appreniez à reconnaître la Vie et que vous commenciez à comprendre.

    "La nostalgie ? Je vous le dis, un tel sentiment ne peut être qu'un poids. Sa beauté romantique distille un somnifère. La nostalgie de quoi d'ailleurs ? Des Temps christiques ? Mais les Temps christiques sont de retour !

    "Votre conscience a accompli un bout de chemin sur la grande spirale de la croissance. Un cycle est bouclé et vous voici une nouvelle fois au moment où les cartes se redistribuent et où la mise est placée un peu plus haut encore. Cela ne doit pas vous effrayer mais au contraire vous stimuler... N'avez-vous pas envie, et surtout besoin d'être autre chose qu'une boule de peurs ? Peur de manquer de travail, peur des autres ou de ne pas être "reconnu", peur de ne pas posséder un peu plus... La liste pourrait être longue même s'il est possible de la résumer à ces quelques mots : la peur de se regarder en face !

    "Bien sûr, toutes vos craintes se concrétiseront peut-être d'ici demain... Tous ces cartons habités chaque nuit sur les trottoirs de vos cités ont une histoire à raconter. Une histoire qui n'est pas nécessairement si éloignée de la vôtre, une histoire à laquelle chacun pourrait goûter. Votre philosophie et vos certitudes seraient-elles alors assez fortes pour résister à tout cela . Je vous le dis sans ambages. C'est "non". Non, à moins qu'immédiatement vous n'ouvriez la Porte toute grande à Ce qui ne vous a pas quitté mais que vous avez laissé devant votre demeure, sur le trottoir... depuis si longtemps !

    "Depuis tant de temps que vous vous êtes habitués à Sa présence muette qui vous autorisait même la bonne conscience".

    "Oui, je le confirme à tous ceux qui veulent entendre autre chose que des mots. Le Christ est de retour. Son nom vous gêne ? Vous préférez peut-être l'appeler Maitreya ou Imam Maadi... Peu importe et surtout peu Lui importe. Il n'est pas nécessaire que vous alliez Le chercher dans les églises. Il se tient là, devant vous, dans la rue et dans les colonnes de tous les journaux, au coeur de tous les obstacles que vous rencontrez et aussi de ceux que vous voulez contourner. Il n'est pas, bien sûr, l'obstacle en lui-même mais la Lumière qui doit jaillir de celui-ci, la ressource inconnue et belle qui vous habite et dont vous ignorez encore la force.

    "Le Christ a le regard aimant que la Vie vous demande de porter sur l'existence. Il est temps de le reconnaître en vous débarrassant de votre morgue d'homme et de femme faussement civilisés. Si une civilisation se définit jusqu'à présent comme une succession de couches de vernis et de valeurs arbitraires et codées... alors ne soyez plus civilisés. Devenez tout simplement humains. Il n'existe rien de plus authentiquement spirituel et donc de plus harmonieux que le véritablement humain. La Divinité n'est pas autrement que merveilleusement humaine au sens le plus pur du terme. Je sais... il s'agit sans doute là d'un blasphème ! Mais qui décrète le blasphème ? Quelques fonctionnaires qui ne parviennent pas encore à s'extraire des querelles de chapelles.

    "Souvenez-vous, le Maître Jésus adombré par le Christ se déclarait "Fils de l'Homme". Une telle réflexion ne vous a-t-elle jamais étonnés ? Fils de l'Homme ou Fils de Dieu ? Et si c'était la même chose ? Alors peut-être faut-il seulement apprendre à devenir Humain... Etre doté d'un corps et d'une conscience humanoïdes ne suffit plus, vous en constatez chaque jour l'aberration.

    "Voilà pourquoi les Temps christiques dans lesquels vous venez de pénétrer sont d'abord les temps du Choix. La difficulté consiste à ne pas simplement pénétrer en eux mais à se laisser pénétrer par eux. Toute résistance à un tel processus, je vous le dis, génère inévitablement son lot de souffrances ; et tant que vous n'accepterez pas de vous défaire de vos kystes mentaux, vous n'aurez accès qu'à un Christ mental.

    "Un kyste mental, mes amis, c'est une programmation, c'est-à-dire un assujettissement à une énergie par essence étrangère à votre nature christique primordiale.

      "En fait de libertés officiellement acquises dans votre société occidentale, vous n'avez fait que quitter d'anciens conditionnements pour de nouveaux. Vos souverains ont simplement fait peau neuve, socialement et intérieurement parlant. Il est maintenant inutile de dénoncer un tel état de fait tant que vous ne prenez pas conscience de votre étroite complicité avec lui.

    "Rome régnait et endormait les esprits avec le pain et les jeux du cirque, quant à vous, vous somnolez dans l'ombre des jeux télévisés et du Journal de 20 heures. Quotidiennement, vous vous informez des déformations en vigueur ou à la mode et, faisant ainsi, vous continuez de passer à côté de vous-mêmes.

    "Ils étaient beaux, paraît-il, les Temps évangéliques. En vérité, pas plus beaux que les vôtres. Mais cela, nul ne le croit ! Les maîtres appartiennent toujours au passé et le Christ, c'était autrefois... Il est tellement plus facile de raisonner ainsi et de faire peser la responsabilité de nos maux sur le manque de lumière que l'on déplore chez autrui... Car chacun sait ce qu'il convient de faire, surtout si l'on se targue de quelque connaissance en la "matière spirituelle". Chacun devient alors donneur de leçons et se trouve, sans l'avoir cherché bien sûr, une vieille vie parmi les Cathares, les Esséniens ou les Atlantes. Question de mode, selon les années.

    "Tout cela pourtant n'est rien d'autre qu'un assemplage de mots. Le "Parfait" cathare ou le véritable Essénien de naguère n'avaient que faire d'une estampille. Ils ignoraient qu'ils laisseraient une trace et susciteraient la nostalgie.

    "Vous rêvez tous d'avoir été compagnons du Maître Jésus ? Et quand bien même la moitié de la population terrestre l'aurait été, que cela changerait-il tant que les coeurs seront ce qu'ils sont ? Ce qui compte c'est que maintenant vous pouvez décider de devenir réellement son compagnon en ne tergiversant plus face à la résolution à prendre...

    "Mais laissez-moi vous dire... Il ne s'agit pas de 'bonnes résolutions'. Celle-ci appartiennent d'ores et déjà à un autre âge. La 'bonne résolution' s'est toujours parée d'un vieux goût de 'morale cathéchisante'. La résolution à laquelle les temps vous convient est, nous y revenons, 'révolution' . Elle veut dire 'abandon des schémas sclérosants'. Elle veut dire 'ensemencement de l'Amour' là où le droit non pas humain mais humanoïde suggère la loi du talion. La fameuse mécanique du karma que l'on accuse ou sur laquelle on se décharge trop aisément ne repose que sur cette logique erronée ayant servi de base à presque toutes les sociétés terrestres.

    Il est l'heure que vous en sortiez. Entre ce que votre monde vous autorise à faire et ce que votre coeur sait, au fond de lui-même, qu'il conviendrait qu'il fît, il y a bien souvent un précipice qu'il vous faut désormais franchir en dépassant le kyste que je dénonçais tantôt. Au point de rupture où ce monde est arrivé, vous ne pouvez plus vous contenter de l'oubli ou d'une sorte de 'micro-pardon' face à tout ce qui, pour vous, ressemble à une agression.

    "La Révolution christique qui s'en vient sera reçue pleinement ou ne sera pas. Vous boirez réellement de son eau ou vous continuerez de forer des puits de droite et de gauche. Jusqu'à présent vous n'avez fait que la goûter et c'est ce qui vous a donné envie d'en parler et de faire croire que vous 'saviez'.

    "Aujourd'hui cependant, vous ne tromperez plus personne, à commencer par vous-mêmes. Tout ce qui prend part au mensonge, que ce soit sur le plan collectif ou individuel, se dénonce de lui-même. Que le dépouillement de l'âme soit donc l'un de vos buts ! L'essence de votre être a toujours été étrangère à la notion de rails et de dogmes. Tentez de capter cette essence et aussitôt les remparts de toutes les peurs n'ont plus lieu d'être. Il n'y a aucune recette pour cela. La Vie et l'ascension à laquelle celle-ci incite inéluctablement vous ont été proposées sans mode d'emploi et c'est un bien. Pourquoi y aurait-il un mode d'emploi à ce qui s'invente et grandit éternellement ? La Divinité s'expanse constamment à travers vous et vous y goûtez chaque jour davantage... même lorsque vous vous brûlez. Surtout si vous vous brûlez !

    "Soyez certains que les agapes auxquelles le champ d'énergie christique vous convie ne sont pas définies une fois pour toutes. L'Amour que vous pouvez y partager prendra les formes les plus inattendues et vous entraînera ainsi sur des sentiers qui deviendront des chemins, puis des routes et enfin de véritables pistes d'envol.

    "Qui peut prétendre 'c'est ainsi qu'il faut vivre, c'est ainsi qu'il faut penser et qu'il convient d'aimer' ? Seul votre être profond connaît le rythme de sa respiration. S'il s'en éloigne et fait mine de l'oublier en se perdant dans le dédale des assujettissements, c'est de lui-même qu'il se coupe. Toute maladie naît de cela.

    "Le Christ est de retour, mes amis, je vous l'ai dit. Mais il revient d'abord comme un potentiel de résurrection en vous, comme une force qui vous enjoint de ne plus plier systématiquement l'échine sous l'intimidation des habitudes. Voilà des millénaires et des millénaires et plus encore que vous faites grève de la conscience en plaçant l'ennemi chez le voisin. Si ennemi il y a, c'est vous qui le mettez au pouvoir par votre paresse... Si ennemi il y a, dis-je... car la notion d'ennemi reste pure invention. Tous ceux qui ont le soleil au coeur et surtout le soleil du coeur, la dépassent et voient au-delà de ses entraves.

     

     "Aujourd'hui, vous conduisez encore votre vie à la façon d'un automobiliste qui freinerait d'un pied tout en accélérant de l'autre. Vous voulez passer à une vitesse supérieure, vous voulez l'Amour, vous y aspirez mais en même temps vous y mettez sans cesse des conditions, des réserves, des post-scriptum de bas de page. Vous trouvez tous les prétextes pour brider sa diffusion.

    "Tant de choses qui 'ne se font pas' décrisperaient pourtant votre poing !

    "Soyez en certains, le Christ que vous connaissez réside dans votre tête, il est toujours plein de promesses 'inaccouchées' et 'inaccouchables'. Faites-le donc descendre au creux de votre poitrine... car c'est dans votre coeur qu'il veut élire domicile. Pas ailleurs ! C'est de ce point précis qu'il doit s'élever et tout embraser sans qu'il soit besoin de discuter de l'Immaculée Conception ou de tel autre point de dogme.

    "Les dogmes sont toujours de nature politique. Leur fonction est de manipuler et ils n'ont de valeur que petitement temporelle. Ils rassurent ceux qui les établissent... et voyez-vous, chacun en établit à son propre niveau. Ce sont les credos personnels qui évoluent trop souvent de barrières mentales en barrières mentales.

    "Le Christ que vous cherchez est déjà là. Cependant vous ne le laissez pas respirer. Vous sentez bien qu'Il est là... parfois vous devinez son émergence... mais Il demeure comme en liberté surveillée au centre de vous-mêmes, dans le meilleur des cas. Pourquoi continuer à l'étouffer sous une multitude de conditions ? Libérez le Divin en vous ! Je vous l'affirme, lorsque vous parviendrez à tourner la clef dans la serrure et à ouvrir la porte de sa géole, vous vous souviendrez de mes paroles et vous direz : "Ce n'était que cela ! C'était si simple !"

    Alors vous rirez à gorge déployée de toutes les circonvolutions, de toutes les arabesques de prétextes que vous vous êtes plu à imaginer pour fuir pendant des âges, non pas la liberté mais la Libération...


     "Oui, le champ d'action christique est toujours un chant du coeur et ce chant pénètre dans le regard et le sourire, il va se loger au creux des mains qui servent et jusque sous la plante des pieds qui voyagent de terres inconnues en mondes à découvrir.

    "Faites donc sortir le Christ de vos assemblées ésotériques ou de vos livres de théologies ! Aucun cathéchisme ne parle aussi bien de Lui que le coeur qui ose dire  "je t'aime"  à la leçon de Vie qu'apprennent les hommes. En vérité, c'est bien de cela dont il s'agit, oser dire  "je t'aime"  à tout ce que la Vie nous envoie. Non pas béatement et naïvement dans des élans mystiques incontrôlés mais en conscience, en tentant de comprendre, chaque jour un peu plus, ce que cela signifie et implique. C'est ainsi que Ce qui vient en vous va croître. Simplement avec un peu d'audace et de volonté... parce que là où vous voulez que la source christique jaillisse, vous devez inviter la confiance en votre potentiel de Réalisation.

    "De toutes parts, vous voyez des hommes et des femmes se lever, créer des mouvements et brandir leur vérité comme l'unique bannière de Vie. Toutes les strates de votre société en produisent et l'on ne compte plus leurs évangiles. Vous ne savez au juste ce qu'il en est et il vous arrive même de voguer de l'un à l'autre, oubliant systématiquement que l'Eveil ne se trouve que dans une direction : la vôtre. Je veux dire, mes amis, que vous représentez chacun une couleur, comparable à nulle autre, sur le grand tableau de la Création. A chaque fois que vous demeurez authentiques avec vous-mêmes, que vous ne trichez pas, vous ensoleillez cette couleur. Cela ne signifie pas que nul, ni rien ne puisse vous faire croître. Bien au contraire tout, absolument tout  y concourt. Cela indique que vous demeurez le maître absolu de votre germination et que le Christ de votre coeur sera éternellement votre ultime port  d'attache, votre héritage venu de la Lumière sans ombre. 

    "On vous parle de sectes et le terme de gourou traîne sur toutes les lèvres, dans toutes les circonstances. Pourtant qui sait seulement ce que ces mots veulent dire ?

    "Evoquez le Christ ou le Bouddha devant un millier de personnes et vous devenez un personnage suspect ; emmenez cent mille soldats au combat et vous êtes un grand homme que l'on respecte. Qui lave les cerveaux de qui ?

    Où sont les véritables sectes qui empoisonnent la pensée collective ? Mille organisations et pouvoirs officiels se parent insidieusement de leurs attributs et de leurs méthodes à peine déguisées.

    "Ce que vous devez penser et ce que vous devez avoir constitue au bout du compte un évangile à découvrir chaque matin dans les colonnes de tous les journaux de cette planète. Les Partis et les Lobbies sont les premières forces qui modèlent votre pensée, vos attitudes, vos réactions, vos goûts ; en clair votre rapport à la vie. Lobby des marchands d'armes, lobby de l'industrie pharmaceutique, lobbies du prêt à croire et du prêt à avaler... Les sectes ne sont peut-être pas seulement là où l'on vous le dit. L'Ordre mondial qui tente de s'instaurer les aime et les nourrit où qu'elles soient. Il fait mine de les combattre tandis qu'elles servent sa cause en inspirant et nivelant vos comportements. Il ne vise qu'un but, vous faire aller résoluement de l'être à l'avoir... et pour que vous gardiez la sensation d'être, il vous engage à ne plus penser mais à dépenser.

    "Voilà des âges que vous demeurez au royaume de la dépendance. Sous toutes les formes qu'Il emprunte, votre frère aîné, le Christ, vous dit simplement quelque chose comme "cela suffit, il est temps que vous vous engagiez à vous dégager de ce royaume. Vous êtes allés au bout de l'engourdissement et de ses leçons ; levez-vous et révélez-Moi dans tout ce que croise votre regard".

    "Oui, sachez-le, l'Esprit va pétiller dans la Matière ! Ce sont les temps qui l'exigent. Il espère juste votre consentement afin que vous participiez avec les atomes de ce monde à la grande fête d'ascension voulue par les vents qui caressent le cosmos. Son principe est à la base même de votre nature. Il est grand temps que vous compreniez que Sa présence n'a rien de facultatif en vous car la totalité de votre être est Son exact prolongement. Ainsi, en d'autres termes mes amis, vous êtes 'condamnés' à grandir. Prolonger la souffrance ou engager la guérison, là se situe votre choix.

    "La Révolution va s'inscrire jusque dans votre chair. Le décodage des anciennes mémoires doit s'opérer jusqu'au sein de vos cellules et vous délivrer des résidus conditionnants du passé. Que vous le vouliez ou non vous êtes poussés vers ce nettoyage. La zone de turbulence dans laquelle votre monde est entré se définit par cette fonction. Ne vous cabrez donc pas contre elle car l'Amour qui ne saurait avoir de nom constitue son unique moteur. Tout le "travail" qui vous est demandé consiste à savoir reconnaître cet Amour derrière son voile, à l'accueillir puis à vous fondre en lui, sans trouver d'excuse pour vous y dérober.

    "Le Christ suggérait aux hommes de Palestine de tendre l'autre joue à ceux qui les frappaient afin de dérouter leur volonté d'agression. Il ne leur demandait pas de subir mais d'aller chercher le mal là où il se trouvait afin que celui-ci prenne conscience de sa vanité. Que cela vous suggère-t-il aujourd'hui ? Passivité ? Faiblesse ?

    Ou effective révolution des consciences ?

    "Savez-vous ce que cela signifie réellement ? Cela ne veut pas dire qu'il soit essentiel que quelque nouveau Gandhi isolé se lève parmi vous, mais qu'il est désormais devenu vital que vous acceptiez l'ébranlement de vos bases afin que soient dissoutes celles de l'univers qui alimente vos prétextes.

    "N'oubliez pas que chacun de vous constitue à lui seul, potentiellement, un véritable foyer d'insurrection solaire ou, si le mot vous fait peur, une base de lancement pour le monde à venir. La mise à feu s'organise autour de trois moteurs : le non-jugement, la compassion et la détermination. Entretenez-les en vous à travers les mille 'détails' de la vie quotidienne.

    "Le 'détail', je vous le dis, n'est d'ailleurs pas toujours aussi  'détail' qu'on le pense. Ce regard que vous dispensez aux autres dans l'ascenseur en sortant de chez vous en fait partie, la qualité de votre poignée de main aussi, ainsi que celle des mots que vous laissez venir sur vos lèvres. La Révolution christique, votre révolution majeure, commence là, dans toute sa force, sur un terrain d'humilité. Elle ne vous forme pas, à l'instar de toutes les révoltes du passé, à dire non en levant le poing, mais vous engage à prononcer un oui décisif en ouvrant le coeur.

    "L'âme, mes amis, ne s'épanouit jamais en se braquant contre une force, elle ne s'élève aucunement non plus en abaissant ce qu'elle réprouve. Elle se met debout dans une direction et pour un but. Comprenez-vous ? Se dresser éternellement contre quelque chose c'est assurément développer le principe d'adversité. C'est de l'action de ce principe en vous que vous êtes las sans même vous en apercevoir. Il faut rompre avec lui. Sans tergiverser, sans le haïr puisqu'il a été, malgré tout, votre champ d'expérience.

    "Vous savez tout cela, bien sûr. Mes paroles ne constituent qu'un rappel de plus, dites-vous... Certes, alors qu'attendez-vous pour manifester une telle vérité ? Il ne suffit pas de savoir... Celui qui sait se borne à donner des leçons... quant à celui qui Vit il devient lui-même enseignement. Vivre ! Rien, finalement, rien ne vous est demandé d'autre... Vivre et non pas bégayer l'existence en échafaudant de sempiternels et subtils plans de domination.

     "Vous êtes donc, je le répète, des foyers d'insurrection sacrée en puissance. Bien sûr, vous pouvez continuer d'attendre des signes, des manifestations flagrantes d'une présence céleste qui confirmera "l'Energie que vous sentez". L'Energie, quel beau mot ! Il est dans toutes les bouches. C'est à celui qui en percevra le plus ! Et quelle inquiétude pour ceux qui, honnêtement, ne parviennent pas à percevoir cette fameuse "Energie".  Ils se croient presque anormaux. Du Christ que l'on a réduit au Catholisisme à celui qui devrait venir vous sauver à bord de son vaisseau spatial, il n'y a qu'un pas, celui qu'on ne fait jamais pour se prendre en main de façon radicale. Il n'existe aucun Sauveur pour ceux qui veulent se sauver face à leurs responsabilités.

    "Tout cela ne veut pas dire, mes amis, qu'il n'y aura pas de  "signes dans le ciel et sur la terre". Il y en aura... et de si impressionnants, de si tangibles que vous aurez peine à y croire. Pourtant ce ne sont pas eux qui métamorphoseront votre être ni les caractéristiques que vous avez lentement insufflées à ce monde. S'il est sertain qu'ils se poseront en tant que témoins de l'émergence christique, vous saurez malgré tout, les uns et les autres, les interpréter de façons tellement différentes qu'un peu plus de confusion encore achèvera le récurage des égos.

    "Ces signes viendront à la fois de la terre et d'autres mondes comme les ultimes éléments d'une mise en scène divine visant à laisser s'exprimer en l'homme le meilleur et le pire. Tous les châteaux de sable doivent s'écrouler, tous les joyaux doivent scintiller.

    "Où ira donc votre confiance ? Tant de navires battent pavillon christique ! Vous aurez deux solutions, deux tentations. Vous réfugier une nouvelle fois dans la sécurité d'un intégrisme vous enjoignant de continuer à mâcher les mêmes dogmes somnifères, ou avancer, apparemment seuls, apparemment sur une corde raide, avec pour seule volonté celle d'apprendre à aimer et à servir la Vie quoi qu'il arrive. Le choix, car il existe toujours sur le plan individuel, est donc là : fuir dans les sillons du passé ou commencer à incarner l'Esprit là où la Vie vous place.

    "Sans doute vais-je vous choquer en affirmant que vous n'êtes encore aujourd'hui ni des Esséniens ni même des Zélotes. Trop d'hésitations coulent dans vos veines... ce sont les Pharisiens et les Sadducéens qui s'expriment toujours à travers vos actes et vos paroles.

    "Lorsque celui qui donne des leçons et fige le Soleil s'éteindra en vous, lorsque celui qui protège ses biens et s'agrippe à ce que l'existence lui a prêté n'aura plus de place dans votre conscience, alors ce sera l'heure... Non pas de vous dire Esséniens, ni de vous parer de quelque titre d'initié, mais d'Etre, c'est-à-dire d'être vrai, et de ne plus faire de  "rétention de Vie".

    "Croyez-moi, tout ou presque de ce qui pouvait être divulgué pour que votre coeur entre en fermentation a effectivement été dit et écrit, en fonction de votre capacité à l'intégrer. Il reste maintenant à le mettre en application. Ne cherchez pas une porte dérobée pour contourner cette mise en oeuvre. Il n'en existe pas. Les évènements vont vous contraindre à bouger, du dehors et du dedans. Vous irez soit sur la route du durcissement pour un temps encore, soit sur celle de l'attendrissement... du véritable attendrissement, celui qui procure la résistance et la transparence du diamant. L'Amoureux est un tendre dont le coeur ne craint aucune rayure, aucune estafilade. Le Christ des faibles n'est pas le Christ, voyez-vous. Celui-là est, pour longtemps encore, cloué sur un morceau de bois comme une éternelle victime des "méchants".

    "En vérité, il est temps de comprendre que le crucifix n'est pas la croix. Il évoque la torture qui se perpétue et se fige mais certainement pas la croisée des  chemins que sont les épousailles du Ciel et de la Terre. Il aura fallu deux millénaires pour qu'un nombre décisif d'hommes et de femmes puissent commencer à l'entrevoir. Voulez-vous être de ceux-là ? La question de votre transformation peut également être posée de cette façon : voulez-vous être un rouage conscient dans l'avènement de l'Ere de la Colombe ?

    "Je disais qu'il avait fallu deux millénaires pour que certaines notions puissent être clairement conçues et exprimées avec le maximum de liberté. Ne croyez pas pour autant qu'à l'aube de ce qui s'en vient, le voile des limitations soit définitivement déchiré pour tous. La Paix véritable ne s'impose pas, ne se décrète pas. Elle est un état qui s'invite et se vit de l'intérieur de l'âme. Elle fait de cette âme l'intermédiaire, l'interprète transparent entre l'Esprit et la matière dense. La Paix s'apprend, s'expérimente, se cultive puis s'expanse.

    "Ne croyez donc pas qu'elle s'imposera d'un jour à l'autre sur cette Terre même si la Présence y est plus que jamais à l'oeuvre à travers les laminages les plus profonds et les prodiges les plus beaux. La Paix n'est pas Son travail mais votre travail. Elle est de votre responsabilité dès lors que vous vous ouvrez à la force pure de Son coeur.

    "Vous devez, non pas la bâtir car on ne la décide pas à partir de plans précis, mais l'appeler comme une puissance présente en tous temps, une puissance bridée et ensevelie sous des tonnes et des tonnes d'orgueil.

    "La Paix, je vous l'affirme, c'est la Divinité, c'est ce Dieu dont vous hésitez tant à prononcer le nom parce qu'Il a fait l'objet de si multiples mascarades...

    "La Divinité réside en vous, tout comme vous vivez en Elle. Elle n'est donc pas à bâtir, je le répète mais à exhumer jour après jour. L'Ere du Verseau dont il est tant question vous annonce avant tout un nouvel apprentissage, une nouvelle façon de pénétrer dans la Matière.

    "En vérité, cette Matière doit retrouver la mémoire car elle est amnésique et l'humanité est l'élément activateur de cette mémoire. Elle est -et vous êtes avec elle- poussière ainsi que les Ecritures le disent... mais poussière d'étoiles ! Vos atomes proviennent de tous les horizons de l'univers et leur flamme de toutes les dimensions de la Vie. Ainsi êtes-vous fils et filles de la liberté absolue, par essence enfants promis à la Libération, artisans inéluctables de toutes les résurrections... et de l'Ascension.

    La Pentecôte raconte une belle histoire d'il y a deux fois mille ans. C'est l'histoire d'un petit nombre préfigurant une bien plus grande foule qui se constitue aujourd'hui. N'y voyez pas seulement un symbole car c'est aussi le récit de ce qui fut une réalité concrète. Aujourd'hui il vous faut comprendre que ce que l'on a appelé le "miracle de l'Esprit Saint" demande à trouver son prolongement immédiat... avec un autre regard. Les notions de miracle et d'Esprit Saint doivent absolument être démystifiées.

    "Sachez d'abord que le miracle n'existe pas... à moins de convenir que tout soit miracle, c'est-à-dire hors de portée de notre compréhension et de notre contrôle. Quant à moi, je préfère vous dire que la notion de miracle est un non-sens car elle contribue à entretenir la scission entre l'homme et sa nature divine. Elle pose ce qui apparaît comme un prodige hors de portée de la conscience humaine. Le "miracle" est le fruit naturel d'une nouverture et d'un alignement total avec la Divinité qui habite tout être. Le "miracle" devient ainsi le but permanent de la Vie qui s'est trouvée et qui remplit pleinement sa véritable fonction. Il traduit juste la fluidité qui doit exister entre l'homme et sa nature sublime. En quelque sorte, il ne fait que clamer "tout est là, prenez ce qui vous appartient, servez-vous, manifestez votre fusion avec le Tout". Bien sûr, il n'offre pas son exemple à l'image mentale du Christ en vous, celle que vous entretenez et qui vous rend si étrangers encore à son expression.

    "Prenez et manifestez votre nature sublime" voilà ce qui vous est suggéré par les Temps qui s'en viennent... et, en vérité, qui sont déjà là ! Manifestez l'Esprit qui vous habite, c'est-à-dire le magicien transmutateur ultime qu'est l'Amour. Ne le censurez plus. La Pentecôte, c'est votre défi à tous ! Le Principe de la Colombe s'affirmera alors comme étant celui de la Révolution christique. Il stimule ce que j'appellerai votre capacité de désobéissance. Voilà une expression qui vous surprend sans doute. Elle est capitale. Justqu'ici vous avez été des serviteurs parfaits, je dirais même zélés de l'Ordre de l'Asservissement. Vous avez haï quand il le "fallait". Vous avez ajouté à votre pesanteur autant qu'il le suggérait et le légitimait. En résumé, vous avez tous été de parfaits collaborateurs de l'Ordre de l'Oubli et de la Douleur.

    "Certes de temps à autre, d'une vie à l'autre vous avez tenté de vous poser quelques questions. Aujourd'hui ces questions ne suffisent plus. Vous êtes appelés à autre chose. Vous êtes invités à désobéir... sur deux plans qui ne sauraient s'ignorer l'un l'autre tant leur origine et leurs effets sont identiques. Le principe de la Colombe vous suggère la désobéissance face à l'extériorisation de plus en plus évidente du Gouvernement mondial et la désobéissance face à vos appétits égotiques. Cette période, pour ceux d'entre vous qui sont aptes à en saisir le sens, s'annonce comme une période de rupture d'avec les réflexes ancestraux.

    "Testez-vous ! Votre capacité de désobéissance est le baromètre de votre bonne santé. L'idéal et la morale à bon marché des feuilletons et des jeux télévisés ont fini par faire de vous des enfants trop sages. Vous dites "Mon Père qui êtes aux Cieux..." mais vous écoutez "votre maître qui est aux télécommandes..."  Aux télécommandes de vos réactions, de vos désirs, de vos peurs... et bien sûr d'un bulletin de vote qui procure l'illusion de décider. Il y a mille façons de faire l'apprentissage de l'insoumission. A chacun de rechercher la sienne en rapport avec son propre quotidien ; non pas avec un esprit puérilement rebelle, un esprit de provocation mais avec l'Esprit de Paix et de Réveil qui est son inspirateur. Cela demande un peu de maîtrise et de vigilance, il est vrai... mais il est encore plus vrai qu'il est temps de s'engager et de donner pour mettre ainsi un terme aux simulacres. A vous donc d'inventer votre propre insoumission ferme et aimante.

    "Vous vous plaignez de l'invasion d'une certaine violence ou plutôt bestialité mais vous allez accroître systématiquement ou presque le nombre de ceux qui se repaissent devant le dernier film à la mode où elle est exaltée sournoisement. A vous de découvrir la solution...

    "Vous vous lamentez sur les massacres commis à quelques milliers de kilomètres de chez vous, mais vous posez si souvent sur votre propre voisin le regard tranchant d'un ennemi. Le germe des guerres éclot toujours à l'échelon individuel. A vous de révéler la solution.

    "Vous maudissez les taxes qui vous étouffent mais vous continuez inlassablement d'écouter ceux qui les décrètent. Ceux-là n'ont que le pouvoir que vous leur concédez. A vous de faire naître la solution.

    "Tout, je vous le dis, concerne le Principe de la Colombe. Ce qui vient, Ce qui est, Ce qui sera est présent au coeur du Tout.

    "Le profane et la sacré ? J'en ignore la différence, mes amis. Tout, tout dans son essence, chante la Vie. l'Amour, la Beauté. Ecoutez... Il est un Soleil qui a fait le pari que vous pouviez le rejoindre dans son éternité.

    "Ne l'entendez-vous pas ?"

    FIN

    Je rappelle que ce texte est extrait du livre

    "Visions Esséniennes", de Daniel Meurois Givaudan,

    chapitre 'Le principe de la colombe'.





    « ...Des anges - VidéoC. Willem - True colors »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Didier Erard
    Samedi 28 Juillet 2012 à 17:21
    Didier Erard

    Merci à toi de nous faire partager un extrait de ce livre. Je vous suggère la lecture de "Vu d'en haut", et de "L'Evangile des Trois Marie", du même auteur, qui sont aussi un régal pour le coeur.

    En fait tous ses bouquins sont des pépites, il faut juste se laisser guider par sa "petite voix".

    Merci encore,

    Didier

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :