•  

     

    Mes courriers sont trop sages ?

    Essayons donc l’outrage…

    A me lire longuement dès ton retour, mais quand ?

    Mardi, Mercredi, Jeudi, jours points de suspension…

    Vendredi, Sam’di, Dimanche, journées de pas de chance.

     

    A me lire longuement, voilà que tu m’étonnes,

    Des mots chauds, des mots miel, dis moi et je te donne.

    A me lire longuement… quoi ?

    Avec les yeux, avec les doigts ?

    Sur ma peau dévoilée, des mots partout tatoués

    A l’encre de t’aimer.

     

     

    A me lire longuement ; il faut que tu t’attendes

    A explorer bientôt une carte du Tendre.

    Mes courriers sont trop sages…

    Essayons donc l’outrage.

    Des mots rien que pour toi

    Ecrits du bout des doigts

    Comme on grave un aveu

    Au couteau sur le bois.

    Des mots langueur, des mots mouillés

    Serpents enroulés contre ton caducée.

    Des mots collants, des mots câlins,

    Mots collés sur tes mains, sur tes reins.

    Des mots qui roulent et qui t’enivrent

    Des mots bateaux à la dérive…

    Des mots caresses, des mots soupirs

    Des mots qui brûlent jusqu’au désir

    Des mots ruisselants de plaisir.

     

    Zébuline - 2002

     


    votre commentaire
  •  

    Toi.
    Tiens bon.
    Je le sais que ça brasse.
    Je te sens.
    Je te vois.
    Si pour moi l’ascension est toute une montagne russe depuis quelques mois, ça l’est aussi pour toi.
    Tu viens peut-être de vivre une situation vraiment difficile et tu as envie de tout abandonner.
    Tu te dis que la vie est futile et qu’elle ne mérite pas ta voix-e.
    Vois de l’autre côté du voile.
    Tu viens de recevoir un gros cadeau déguisé pour enfin exister.
    Vas-tu enfin choisir de t’incarner?
    Ton chemin est désormais scindé entre la voie du coeur et les entrailles de la peur.
    Le choix t’appartient.
    Il est pourtant si simple d’entrer à la maison.
    Kéouena.
    Ce seul mot est la clé.
    Tu le sais.
    Toi.
    Oui, toi.
    Coeur de lion te rappelle à ta douce moitié.
    Celle qui est en toi et qui hurle pour enfin être révélée.
    Il est temps.
    Ta rédemption est maintenant.
    Tu as semé ton jardin et tu l’as fait pousser avec courage et amour.
    Tu récoltes maintenant les fraises, les verdures et la rose unique qui a vu le jour.
    L’anneau doré de trinité est posé sur l’être rebelle pour le rappeler à la Source.
    Celle qui t’accompagne et te berce à l’infini dans la nuit que ton âme vit.
    Brise tes chaînes.
    Extirpe-toi de la matrice.
    Ne te laisse plus posséder par ces énergies sombres qui te visitent au fil de tes dépendances.
    Ne te laisse plus influencer et trahir par peur du jugement de l’autre.
    Tu es
    Le vol plané de l’aigle
    La souveraineté du lion
    Le discernement du renard
    Le ralentissement de la tortue
    La candeur du chaton
    La splendeur de la baleine bleue qui peuple désormais le Saint-Laurent.
    Je te vois.
    Je t’aime,
     
    Shatiuka ☯️

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     A toi le jeune étranger qui est passé dans mon ciel d’automne comme une étoile filante, un soleil éblouissant…
    A toi qui a soufflé une brise de renouveau sur les braises de ma jeunesse moribonde, attisé la soif de vivre un peu plus fort, d’aimer une dernière fois. Merci.
    Merci pour cette claque de jeunesse, pour ce tourbillon de fraicheur et la douceur de tes regards. 
    Merci de m’avoir prouvé que mon cœur n’était pas mort et mon corps juste engourdi.
    Pour quelques heures seulement, quelques fragments de temps reçus comme un cadeau.
    J’ai chancelé à ton passage, perdu pied à ton départ, tremblé de ce vide pourtant si familier.
    Libère-moi de ton souvenir et ne reviens jamais. L’océan devrait être suffisant pour y noyer mon trouble et mon tourment.
    Il le faut.
    Je dois regagner ma bulle de solitude, mon désert, mon rien.

    11 octobre 2019

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique