•  

    Il l'emparouille et l'endosque contre terre ;

    Il le rague et le roupéte jusqu'à son drâle ;

    Il le pratéle et le libucque et lui baroufle les ouillais ;

    Il le tocarde et le marmine,

    Le manage rape à ri et ripe à ra.

    Enfin il l'écorcobalisse.

    L'autre hésite, s'espudrine, se défaisse, se torse et se ruine.

    C'en sera bientôt fini de lui ;

    Il se reprise et s'emmargine... mais en vain

    Le cerveau tombe qui a tant roulé.

    Abrah ! Abrah ! Abrah !

    Le pied a failli !

    Le bras a cassé !

    Le sang a coulé !

    Fouille, fouille, fouille,

    Dans la marmite de son ventre est un grand secret.

    Mégères alentours qui pleurez dans vos mouchoirs;

    On s'étonne, on s'étonne, on s'étonne

    Et on vous regarde,

    On cherche aussi, nous autres, le Grand Secret.

     

     

     


    3 commentaires
  •  

     

    Est-il du soleil ou de la nuit,Nous [3]

    Celui qui palpite en mon silence…  

     

    Louant la majesté des étoiles, 

    Comme si chacune d'elles 

    Savait mon nom… 

    Il me rejoint la nuit, 

    Epousant mes contours 

    Et nous ne savons plus 

    Qui est le spectre,

    Qui est le corps...

     

    La tendresse opère…

    Je disparais dans un baiser…

     

    Avons-nous d'autre alternative

    Quand tout en moi reconnait ton parfum,

    Grisaille de Belgique au-dessus des Appalaches,

    Quand le ciel bas caresse le Saint-Laurent...

     

    Le doute pourrait-il avoir raison

    Des élans sans fin de notre amour…

    Lui qui défie sans peine ce prétentieux océan

    Sautillant de toi à moi

    Comme si nous étions un seul lieu…

    Est-il du soleil ou de la nuit...

     

    Mon amoureux ?

     

    Source : Lily et Victorieuse


    1 commentaire
  •  

    J'ai aimé ton silence...
    Je ne savais comment faire,
    C'était nouveau
    Lily et Victorieuse - 2

    C'était difficile
    C'était étrange
    De ne plus courir derrière tes mots,
    De te voir partout,
    A tel point que j'ai aimé
    Ton silence...
    Je n'avais rien à prouver,
    Rien à envier
    Dans cet instant de grâce...
    J'avais juste à aimer,
    Sans même prier
    Que tu perçoives cette douceur,
    Que tu entendes mon coeur,
    Crier si fort
    Vibrer si fort.
    J'avais juste à aimer...

     

    Source : Lily et Victorieuse

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique